• 1. DES CHANTIERS
    Rendre service,
    être utile à des associations
    Savoir plus

    2. DES RENCONTRES
    Dialoguer avec des témoins sensibles de notre époque
    Savoir plus

  • 3. DES THEMATIQUES DE SOCIETE
    Mieux saisir les enjeux actuels
    Savoir plus

    4. DE LA CREATIVITE
    Exprimer sa personnalité concrètement
    Savoir plus

  • 5. UNE EXPERIENCE EN GROUPE
    Rencontrer et vivre avec d'autres jeunes
    Savoir plus

    6. REFLECHIR A TON AVENIR
    Faire son bilan du projet pour rebondir
    Savoir plus

Jour 44 : Sortie de notre banc

Jour 44 : Sortie de notre banc

Ecrit le lundi 6 juin 2011 - Catégorie : Rencontres




Nous avions il y a deux mois d'ici fait un atelier créatif pour construire deux bancs à partir d'éléments de récupération : tringles de rideau, tête de lit, bobines de cuivre,... Ca nous avait coûté 0 franc 0 centimes. (ou presque) L'objectif, ensuite, était de se servir de ces bancs pour aller à la rencontre du quartier de Hodimont et de ses habitants, dans le cadre d'un autre projet de notre association : "Hodimont en V.O."

L'élément rencontre est un ingrédient central du projet. Et la rencontre, ça commence au coin de la rue. Bref, on a tenté entre deux averses (et oui, pas de chance) de sortir les bêtes de notre cour. D'abord, nous nous sommes rendus compte que l'un des deux bancs était largement trop lourd. On s'est rabattus sur l'autre, conçu il est vrai pour être léger. (et donc transportable)

Nous avions repéré un endroit près du rond-point Hodimont où les gens aiment se rassembler pour taper la causette. On s'est posés là, on a attendu et puis on a essayé d'aller au contact. "Vous habitez Hodimont ?" "Si vous pouviez poser un banc quelque part dans le quartier, ce serait où ?" Deux, trois questions pour un petit bilan.



Premièrement, c'est certain que débarquant ainsi, nous allions passer un peu pour des illuminés. Faire un banc ? Et dans un quartier comme Hodimont !? De plus, personne parmi nous n'habite le quartier. Nous sommes des étrangers. Mais, nous finissons par capter quelques enfants. Ils prennent même notre désir à coeur et se mettent à interpeller l'un ou l'autre passant.

Sur les lieux, cela varie peu. Globalement, c'est Hodimont, la rue plus précisément. Certains ont pensé que l'endroit que nous testions (en retrait de la rue, en face des logements sociaux) était le bon, et c'est vrai qu'il y a déjà des bancs largement fréquentés même si ceux-ci tombent un peu en ruines.

D'autres ont parlé du Mur, haut-lieu de rencontre du quartier à l'angle avec la rue du commerce, où anciens et jeunes se retrouvent pour discuter... debout. Enfin, la pelouse entourant les logements sociaux a été proposée par d'autres encore, résidant notamment au sein des logements et qui verraient d'un bon oeil un petit espace de convivialité au pied de leur tour.

Au milieu de ces quelques personnes rencontrées (une dizaine), certains ne donnent pas cher de notre projet, parce que le quartier est mal fréquenté et que ces bancs ne tiendront pas. Une dame : "Je ne donne pas deux jours à votre banc, là", il est vrai pas destiné à rester sur place celui-là puisqu'on le transporte.  

Un bilan mitigé puisque nous n'avons pas pu apporter notre banc bobine qui demanderait une remorque pour être déplacé. Et comme il a plu et que nous sommes en semaine, peu de gens ont testé ces magnifiques lieux de discussion que sont les bancs. Le chemin est encore long avant d'intégrer notre travail au sein de Hodimont et sûrement, cela dépasse le cadre de l'Année Citoyenne.


  • L'ACV, c'est pour changer !
  • Si on tue tout le monde, il ne restera plus personne à qui parler.
  • L’ACV m’appris à aimer réaliser des choses.
  • Maintenant, je ne sais plus rester une journée sans rien faire.
  • L’ACV m’a appris à regarder les gens dans les yeux.
  • C’est en restant au bord de la piscine qu’on ne se noie pas, mais on n’apprend pas à nager non plus. On n’apprend pas à vivre.
  • Il faut reconnaître les signes du merci.
  • C’est en tombant qu’on apprend de la vie.
  • L’ACV a donné du sens à mon histoire.
  • Si vous êtes déjà là, alors il y a moyen de réaliser son rêve.
  • Je veux devenir quelqu’un demain.
  • Mon rêve le plus fou, c’est de toujours avoir quelque chose à apprendre. Tous les jours.
  • L'Année Citoyenne, cela devrait durer toute la vie.
  • Si tu as été bénévole une fois, tu le seras toute ta vie. Tu le gardes. C'est précieux.
  • Avant l'Année Citoyenne,
franchement, c'était la cata !

Page précédente : Le journal de l'ACV 2012
Page suivante : Le journal de l'ACV 2010

Nous sommes le
dimanche 27 mai 2018
Tu as entre 16 et 25 ans ? Tu dois attendre pour te réinscrire dans des études ou un cursus scolaire ? Tu es toujours en recherche d'un emploi ?
Tu désires te rendre utile pour la société mais tu ne sais pas comment ?
Quel que soit ton niveau de formation, l'Année Citoyenne Verviers est faite pour toi !

L'Année Citoyenne Verviers est un projet de service citoyen rassemblant un groupe de huit jeunes encadré par un responsable d'équipe.

Elle représente pour toi une occasion unique de vivre une expérience collective tout en te rendant utile à la société. Mieux te connaître en allant vers les autres. Disposer d'un réel bagage pour mieux te situer avec le monde qui t'entoure et ce que tu veux faire de ton avenir.


Parcours ce site et tu en sauras plus ou prends directement contact avec nous.



L'ACV est un projet du


Soutenu par: