• 1. DES CHANTIERS
    Rendre service,
    être utile à des associations
    Savoir plus

    2. DES RENCONTRES
    Dialoguer avec des témoins sensibles de notre époque
    Savoir plus

  • 3. DES THEMATIQUES DE SOCIETE
    Mieux saisir les enjeux actuels
    Savoir plus

    4. DE LA CREATIVITE
    Exprimer sa personnalité concrètement
    Savoir plus

  • 5. UNE EXPERIENCE EN GROUPE
    Rencontrer et vivre avec d'autres jeunes
    Savoir plus

    6. REFLECHIR A TON AVENIR
    Faire son bilan du projet pour rebondir
    Savoir plus

Jour 34 : l'écrivain Vincent De Raeve

Jour 34 : l'écrivain Vincent De Raeve

Ecrit le mercredi 1 mai 2013 - Catégorie : Rencontres


Rencontre avec Vincent De Raeve

Vincent De Raeve est ouvrier. Vincent De Raeve est écrivain. Vincent De Raeve est éducateur. Peut-on découper la vie d’un homme en séquences, et penser que les frontières sont étanches ? Non, visiblement pas. Vincent De Raeve, autour de la table de l’Année Citoyenne, c’est un morceau de complexité parmi nous. Qui est l’homme que nous avons invité aujourd’hui, pour un repas, pour une discussion, pour un temps commun ?

En retour, qu’est-ce que Vincent va penser de ce groupe de volontaires secoué par les derniers évènements qu’il vit ? De ceux qui sont absents, là où nous parlons sans cesse d’engagement, de présence ?

Parmi nous, une jeune fille qui ne traversait pas la rue hier sans avoir l’impression d’y jeter sa propre vie, une angoisse insurmontable parfois. Aujourd’hui, au groupe, elle dit : « je m’en vais. Je suis revenue à la vie avec les autres. Grâce à l’ACV, J’ai rempli mes objectifs. » La voix ne tremble pas. Et c’est un sourire qui se découpe devant la fenêtre aveuglante de la rue. Le groupe est stupéfait, comme une main tendue qu’on n’a pas vu venir.

Une jeune fille s’en va, d’autres doutent. On se compte aujourd’hui, mais silencieusement. Nous avons un invité et il faut s’occuper de lui, tourner la page, revenir au fond des choses : prendre rendez-vous avec la société. Vincent De Raeve, c’est notre bout de société à nous, l’énergie nécessaire pour s’en aller doucement chercher la fin de journée.

Repas avec Vincent De Raeve

De quoi parle-t-il ? De l’usine, de pourquoi on y travaille, de ce geste a priori anodin de ne pas filer au lit quand on revient au petit matin avec 8 heures de machine contre soi. Ecrire, avec comme fidèle compagnon, un calepin, le silence d’une pièce à outils, la respiration tranquille du cabot couché là. Un jour, peut-être sans savoir, on fait autre chose. Juste pour soi avant que cela ne devienne un livre - "L'usine" -, un petit miracle.

Comme Turtle qui met sa vie en rap. Comme Laurette qui cherche à comprendre c’est quoi la partie vivante d’elle-même, celle que tout le monde cherche autour de soi. Comme MacBeal qui parle du bruit, le bruit insoutenable des machines qui traverse les têtes, celle de sa mère, ouvrière elle aussi. Nous avons tous quelque chose à mettre sur la table, si on réfléchit bien.

Vincent De Raeve est cuisinier. Parce qu’aujourd’hui, la partie vivante du projet se situe aux fourneaux et qu’il ne faut pas la manquer. En douceur, les mots s’entrecroisent à mesure que les platines à quiche se remplissent avant de filer au four. Monter à température en prenant le temps. Alors, il est temps de redescendre dehors pour se griller une cigarette.

Vincent De Raeve ne savait pas grand-chose de nous en débarquant à Verviers. Mais, sans rien se dire, il a vu et compris. Des jeunes gars et des jeunes filles au travail. Qui sentent que quelque chose doit se passer pour que cela continue. Il y a du bruit et il y a de la vie. Va falloir séparer un peu les deux pour trouver l’énergie pour avancer.

Un livre est sur la table. Il ne s’appelle pas « L’usine » cette fois. La couverture crème est barrée d’un titre en rouge : « Chemin faisant. » Un groupe de chômeurs militants où chacun écrit, où chacun se met en marche. On fait un peu la même chose, avance-t-il. C’est fou : cela ne doit pas arriver souvent de faire une phrase en associant le mot « chômeur » et « militant. » Turtle prend le livre en silence, feuillette. Chômeur, il voit bien. Militant, je ne sais pas.

Si on veut changer le monde, comme le groupe le répète joyeusement à tue-tête, il va bien falloir faire des associations nouvelles. Chercher à poser des mots, des mots qui nous appartiennent et pas forcément ceux que d’autres utilisent pour nous désigner du doigt. De Raeve range ses affaires et sort s’en griller une dernière avant de lever le camp. Qu’est-ce qui se passe dans la tête d’un homme sur les cinq minutes qu’il prend pour une cigarette ?

Il remonte, ouvre son sac, dépose le livre sur la table. Le gars, il va peut-être le lire. Lui ou d’autres. Plutôt : lui et d’autres. De Raeve parti, le livre reste là, carré blanc crème sur le bleu océan de la table. 17h30, on va fermer boutique. « Chemin faisant » glisse rapidement. La main tendue d’un jeune homme, un tout jeune homme, pour saisir la partie vivante que l’on cherche tous.

Vincent De Raeve et "Chemin faisant"

  • L'ACV, c'est pour changer !
  • Si on tue tout le monde, il ne restera plus personne à qui parler.
  • L’ACV m’appris à aimer réaliser des choses.
  • Maintenant, je ne sais plus rester une journée sans rien faire.
  • L’ACV m’a appris à regarder les gens dans les yeux.
  • C’est en restant au bord de la piscine qu’on ne se noie pas, mais on n’apprend pas à nager non plus. On n’apprend pas à vivre.
  • Il faut reconnaître les signes du merci.
  • C’est en tombant qu’on apprend de la vie.
  • L’ACV a donné du sens à mon histoire.
  • Si vous êtes déjà là, alors il y a moyen de réaliser son rêve.
  • Je veux devenir quelqu’un demain.
  • Mon rêve le plus fou, c’est de toujours avoir quelque chose à apprendre. Tous les jours.
  • L'Année Citoyenne, cela devrait durer toute la vie.
  • Si tu as été bénévole une fois, tu le seras toute ta vie. Tu le gardes. C'est précieux.
  • Avant l'Année Citoyenne,
franchement, c'était la cata !

Page précédente : Le Journal de l'ACV 2014
Page suivante : Le journal de l'ACV 2012

Nous sommes le
mardi 23 octobre 2018
Tu as entre 16 et 25 ans ? Tu dois attendre pour te réinscrire dans des études ou un cursus scolaire ? Tu es toujours en recherche d'un emploi ?
Tu désires te rendre utile pour la société mais tu ne sais pas comment ?
Quel que soit ton niveau de formation, l'Année Citoyenne Verviers est faite pour toi !

L'Année Citoyenne Verviers est un projet de service citoyen rassemblant un groupe de huit jeunes encadré par un responsable d'équipe.

Elle représente pour toi une occasion unique de vivre une expérience collective tout en te rendant utile à la société. Mieux te connaître en allant vers les autres. Disposer d'un réel bagage pour mieux te situer avec le monde qui t'entoure et ce que tu veux faire de ton avenir.


Parcours ce site et tu en sauras plus ou prends directement contact avec nous.



L'ACV est un projet du


Soutenu par: