• 1. DES CHANTIERS
    Rendre service,
    être utile à des associations
    Savoir plus

    2. DES RENCONTRES
    Dialoguer avec des témoins sensibles de notre époque
    Savoir plus

  • 3. DES THEMATIQUES DE SOCIETE
    Mieux saisir les enjeux actuels
    Savoir plus

    4. DE LA CREATIVITE
    Exprimer sa personnalité concrètement
    Savoir plus

  • 5. UNE EXPERIENCE EN GROUPE
    Rencontrer et vivre avec d'autres jeunes
    Savoir plus

    6. REFLECHIR A TON AVENIR
    Faire son bilan du projet pour rebondir
    Savoir plus

Semaine résidentielle à la ferme Larock

Semaine résidentielle à la ferme Larock

Ecrit le dimanche 21 avril 2013 - Catégorie : Les chantiers


Une caravane à la ferme Larock, Rotheux

A la moitié du chemin, l'Année Citoyenne fait halte à la ferme Larock : une volée de paysages creusés par le pas des vaches et fouillés par les racines des légumes cultivés là. Une histoire, petit à petit un visage collectif, des gens qui tiennent ensemble une idée du monde aujourd'hui. Redessiner du possible ici et maintenant. Un lieu que nous n'oublierons pas. Certain.

C'est d'abord le sourire de Lucienne, quelque chose qui dit, "ça y est. Nous y sommes enfin..." A force de chercher des lieux qui nous racontent quelque chose, on se prend à rêver de voyages, de partir loin même si nous sommes à faible distance de Verviers. 45 minutes, c'est suffisant pour basculer. Dans quoi ? Attendons, ce n'est que le premier jour.

Pieter montre la grange de la ferme Larock
Peter nous montre la grange.
Des mots aux gestes, une même attention.

La première étape : le repas de midi. Ce qui paraît évident, ne l'est plus. Pas de ketchup, de mayonnaise sur la table. Il va falloir miser sur autre chose que le gras épais des rayons illuminés du supermarché. Kermit, Kovic, Turtle et d'autres tirent la tête. Ca va être comme ça, tous les jours ? Laissons l'orage passer.

Installés dans le bâtiment accoudé à la grange, au-dessus de l'étable, l'appel des vaches pour la traite dès 7h du matin ne plaît pas plus. Le niveau des biscuits de réserve baisse. Le moral d'une partie des troupes également. Roberto et Brux nous quittent, problèmes de santé.

Lucienne ne peut pas vivre sans radio
Lucienne et sa radio : un duo gagnant.
Avec Pieter, on discute des Red Hot,
de Pink Floyd et d'Iggy Pop tout en bossant.

La meule Larock affûte petit à petit de son mouvement lent et régulier l'identité de l'endroit au travers des explications de Peter, de la tranquilité de Baudouin dans les champs, des ellipses de Louis, le patriarche. Fanny commence le projet d'abri à bois avec une partie du groupe. La ferme prend une plus grande latitude dans les têtes. Le soleil suit nos pas. Les repas trouvent une autre couleur. La circulation continue des énergies séduit sans que les volontaires n'y mettent de mot.

Les repas sont des moments essentiels
Les repas, moments essentiels dans une grande salle
battue de poussière, de lumière et d'ombre.
Les chats y paressent, nous y mangeons, d'autres y passent.

C'est certain que nettoyer les étables, ce n'est pas le plus gai, mais derrière un visage mimant le dégoût, personne ne râle. Il faut sortir le bétail, une des premières fois cette année, puisque le soleil nouveau est venu. La ferme profite de notre présence pour aller semer topinambours, courgettes, nettoyer les fraisiers. Tout reprend après l'hiver.

Moment d'improvisation rap dans la cour de la ferme
Kovic et Turtle aux platines

Turtle et Kovic rapent dans leur coin, le soir. Besoin des mots pour parler de soi, pour parler des gens à la limite, pour comprendre qui on est et trouver la parole de ceux qui ne parlent habituellement pas. Le film de Eve Duchemin, Avant que les murs tombent, portrait d'un gars de Charleroi qui concentre tout cet univers, enthousiasme le groupe. Turtle et Kovic rapent le midi pour Fanny, Elisabeth, Eline, Pietro... Applaudissements. Pour l'apéro-concert de mai à la ferme, le duo est invité. Nous reviendrons donc.

Pietro, Fanny, Claude et Timour en pleine discussion
On se méfiait un peu des assiettes et des visages.
Et puis finalement, non, on aurait pas dû.

Nina et Tim, plus âgés, murissent leurs paroles auprès des autres, permettant de réguler le groupe. Lucienne et Laurette disent à voix basse leur grand plaisir d'être là, à repousser le monde gris laissé en bas d'un bus, au bout d'un chemin 100 fois emprunté pour l'école... Un noeud invisible tient tout le monde ensemble.

Pietro fait le fromage à la ferme Larock
Le lait en plein action.
A 35°, l'emprésurage se fait.

Nous n'aurons pas terminé par l'abri à bois, mais dans une ferme, nous ne finissons jamais réellement quelque chose. L'important, plutôt, c'est d'arriver à démarrer du possible. Depuis plusieurs semaines, nous disons : "changer le monde." Dans Avant que les murs tombent, Colin, le personnage principal confie qu'il faut d'abord tenir debout droit nous-mêmes avant de faire quelque chose avec ce qui nous entoure.

Les montants de l'abri sont placés
Planter un bois droit dans le sol pour qu'il tienne le temps

Cette semaine, au travers de ce monde différent de notre quotidien et plus en contact avec la terre ferme, le groupe a la sensation d'avoir franchi un seuil. Nous verrons bien dans les temps qui viennent ce que ce bon vieux monde nous réserve.

Voir proche et voir loin... La jeunesse en marche
Voir proche et voir loin, la jeunesse en marche

  • L'ACV, c'est pour changer !
  • Si on tue tout le monde, il ne restera plus personne à qui parler.
  • L’ACV m’appris à aimer réaliser des choses.
  • Maintenant, je ne sais plus rester une journée sans rien faire.
  • L’ACV m’a appris à regarder les gens dans les yeux.
  • C’est en restant au bord de la piscine qu’on ne se noie pas, mais on n’apprend pas à nager non plus. On n’apprend pas à vivre.
  • Il faut reconnaître les signes du merci.
  • C’est en tombant qu’on apprend de la vie.
  • L’ACV a donné du sens à mon histoire.
  • Si vous êtes déjà là, alors il y a moyen de réaliser son rêve.
  • Je veux devenir quelqu’un demain.
  • Mon rêve le plus fou, c’est de toujours avoir quelque chose à apprendre. Tous les jours.
  • L'Année Citoyenne, cela devrait durer toute la vie.
  • Si tu as été bénévole une fois, tu le seras toute ta vie. Tu le gardes. C'est précieux.
  • Avant l'Année Citoyenne,
franchement, c'était la cata !

Page précédente : Le Journal de l'ACV 2014
Page suivante : Le journal de l'ACV 2012

Nous sommes le
lundi 17 janvier 2022
Tu as entre 16 et 25 ans ? Tu dois attendre pour te réinscrire dans des études ou un cursus scolaire ? Tu es toujours en recherche d'un emploi ?
Tu désires te rendre utile pour la société mais tu ne sais pas comment ?
Quel que soit ton niveau de formation, l'Année Citoyenne Verviers est faite pour toi !

L'Année Citoyenne Verviers est un projet de service citoyen rassemblant un groupe de huit jeunes encadré par un responsable d'équipe.

Elle représente pour toi une occasion unique de vivre une expérience collective tout en te rendant utile à la société. Mieux te connaître en allant vers les autres. Disposer d'un réel bagage pour mieux te situer avec le monde qui t'entoure et ce que tu veux faire de ton avenir.


Parcours ce site et tu en sauras plus ou prends directement contact avec nous.



L'ACV est un projet du





Soutenu par: